Le guide du bon chineur

Quand j’ai commencé à acheter mes vêtements en friperies, je me suis heurtée à quelques difficultés que je n’avais pas soupçonné avant, comme l’odeur évidemment, parce que non, ce n’est pas un mythe, une friperie parfois ça pue, mais aussi le désordre et le fait qu’il faille absolument plonger les mains dans des grands bacs de vêtements odorants pour dénicher la fameuse pépite tant attendue. Je peux tout à fait comprendre que ces éléments puissent rebuter des personnes un peu hésitantes encore, c’est pourquoi je vous propose les conseils que j’ai pu mettre en place en deux ans de chinage intense.


Tout d’abord, faites fi de l’odeur. Plus facile à dire qu’à faire, mais dîtes-vous bien que dans la plupart des fripes, les vêtements sont lavés et que l’odeur que vous sentez c’est peut-être juste de la lessive. Je sais que chez Guerrisol, une de mes friperies préférées à Paris, tous les vêtements sont lavés avant d’être mis sur cintres, du coup pas d’inquiétudes à avoir sur la propreté des pièces que vous voulez acheter.


Ensuite, je vous conseille de vous munir d’un gel antibactérien lors de vos virées en friperies. Même si je viens de vous dire que les vêtements sont lavés avant d’être mis en vente, il existe des friperies dans lesquelles les vêtements sont disposés dans des grands bacs où il faut littéralement plonger pour trouver quelque chose, et où du coup tout le monde met les mains. On sait que les vêtements sont propres, mais rien n’est moins sûr pour les gens! Je pense par exemple aux bacs à 1€ chez Free’p’star à Paris, où c’est vraiment la cohue pour y accéder, du coup ne négligez pas l’hygiène, et pensez aux autres!


Quelque chose aussi qui faut bien garder en tête, c’est qu’entre le cintre et le rendu porté, il peut parfois y avoir un monde. Dans certaines friperies les vêtements ne sont vraiment pas mis en valeur, et du coup peuvent décourager les personnes qui voudraient les essayer. Je vous conseille vraiment de tout essayer, tout ce qui vous fait envie, parce que des fois vous pourriez être surpris-e-s. Même des pièces qui ont l’air un peu bizarre, ou qui vont font de l’œil mais qui ne correspondent pas trop à votre style: n’ayez pas peur d’essayer! Malheureusement, la surprise existe aussi dans le sens inverse, c’est-à-dire que vous pouviez être super emballé-e-s par une pièce et être déçu-e-s à l’essayage, ça m’arrive très souvent aussi, et c’est surtout lié au fait qu’on ne puisse pas choisir sa taille pour ma part. Et oui, c’est le prix à payer pour acheter des pièces uniques.


Enfin, la chose qui m’a le plus marquée quand j’ai commencé à m’habiller de seconde main, c’est l’effort de visualisation qu’il faut faire. Il m’est déjà arrivé d’essayer quelque chose qui m’allait, mais avec un petit défaut, un petit rien mais qui me gênait quand même. La plupart du temps, ça m’arrive quand j’essaie des pantalons, du fait que je ne sois pas très grande, les jambes sont souvent trop longues. Et c’est là que vous devez faire un petit effort pour visualiser le vêtement. En effet, faire un ourlet, repasser une chemise, teindre un vêtement délavé… Tous ces petits gestes qui ne coûtent presque rien et qui peuvent transformer un vêtement, pensez-y dès le moment de l’essayage pour visualiser votre vêtement une fois transformé. Vous redonnerez une seconde vie à un vêtement, et en plus celui-ci sera retouché sur mesure par rapport à vos envies. Je ne compte même pas le nombre de vêtements que j’ai et qui sont retouchés à la taille, dont les jambes sont raccourcies, que j’ai teint en une autre couleur pour qu’ils me plaisent plus… Faîtes ce tout petit effort et vous verrez que vous serez content-e-s d’avoir votre vêtement une fois celui-ci entièrement à votre goût. Le meilleur exemple que j’ai pu trouver concerne cette veste en jean Levi’s achetée par mon copain sur Vinted, qu’il m’a donnée parce qu’elle était trop petite pour lui. Je la trouvais super jolie, mais je n’aimais vraiment pas la couleur. Du coup, j’ai coupé les extrémités des manches et je l’ai teinte en noir pour qu’elle soit totalement unique et personnalisée, et maintenant c’est une de mes vestes préférées! Comme quoi, avec un peu d’imagination, il est tout à fait possible de redonner une seconde (voire une troisième, comme moi) vie à des vêtements.


J’espère que ces conseils vous donneront envie d’aller faire un petit tour en friperie. N’oubliez pas que ce sont les conseils que j’applique moi dans ma recherche de vêtements, mais évidemment, il en existe des tonnes d’autres, car chacun à sa méthode pour chiner des pépites. Dans ce cas, n’hésitez pas à m’en faire part, je suis très preneuse 😉