Vers une mode plus éthique #2

Je vous retrouve pour la suite de l’article consacré à la mode éthique et responsable, dans laquelle nous parlerons aujourd’hui des différentes alternatives à la fast-fashion.

Si vous n’avez pas encore consulté la partie précédente, traitant des causes de mon changement de consommation de vêtements et des conséquences désastreuses de la fast-fashion, je vous invite à aller y jeter un œil pour mieux comprendre cet article en cliquant ici.

Après vous avoir montré à quel point la surconsommation pouvait engendrer de graves problèmes aussi bien au niveau du droit de l’Homme que sur notre environnement, je vais vous montrer que c’est tout à fait possible de continuer d’acheter des vêtements, et de se faire plaisir de temps en temps grâce à ces alternatives eco-responsables, pas chères et bien plus éthiques.

Comme je le disais dans la partie précédente, j’ai commencé à m’habiller dans les friperies il y a deux ans. Les friperies sont des sortes de boutiques où tous les vêtements proposés sont des vêtements de seconde main, c’est-à-dire qu’ils ont déjà été portés par une ou plusieurs personnes. Ainsi, acheter une pièce en friperie est plus responsable, car vous ne créez pas de demande auprès des entreprises puisque, vous achetez une pièce déjà portée donc déjà fabriquée, et par conséquent vous avez un moindre impact sur l’environnement. Et en plus, si vous choisissez bien votre friperie, vous pouvez vraiment faire des affaires en or. J’ai le projet de vous faire un article où je vous montre mes pépites trouvées en fripes, afin de vous convaincre que, oui, c’est possible de choper des pièces sublimes de seconde main ! Maintenant que c’est devenu une tendance, certaines friperies n’hésitent pas à gonfler les prix, c’est pour cela que je vous dis de « bien » choisir sa friperie : il peut arriver que les prix de pièces vintage soient encore plus élevés qu’en magasin, et là je trouve ça vraiment dommage puisqu’on n’a plus du tout l’esprit friperie d’origine. Heureusement, il en existe encore de très biens. Ma préférée est Ding Fring, c’est une fripe que l’on retrouve dans le Nord de la France essentiellement, mais j’ai déjà vu une boutique à Bordeaux donc je pense qu’elle s’est étendue un peu partout. C’est une friperie solidaire partenaire du Relais, ces bacs où vous pouvez déposer vos vêtements usagés, et qui permettent de créer des emplois pour les personnes en situation précaire. Vous vous faites plaisir, à bas coût (5€ le vêtement, et 10€ les trois), et en plus vous contribuez à aider les plus défavorisés, qui dit mieux ? Dans la même veine il y a aussi Emmaüs, que je fréquente moins, mais où vous pouvez chiner des pièces à moins de cinq euros pour la plupart, en favorisant l’inclusion sociale encore une fois.

Je sais que tout le monde ne vit pas à proximité d’une friperie, mais ne vous en faites pas, il existe aujourd’hui de nombreuses plateformes vous permettant d’acheter de seconde main en ligne. Des sortes de friperies sur Internet, super pratiques quand il n’y a pas de fripes dans votre ville. Parmi elles, je vais parler notamment de Vinted, que je connais et que j’utilise depuis quelques temps maintenant, mais il existe plein d’autres sites comme United Wardrobe que j’affectionne moins, ou Vestiaire Collective pour les pièces de luxe essentiellement. Vinted est un site qui référencie des milliers d’articles de seconde main, mis en ligne par les utilisateurs eux-mêmes : ainsi, vous ne payez que très peu de frais d’achat, souvent moins d’un euro par pièce, et quand vous mettez en vente vous n’en payez pas du tout. C’est donc très pratique, directement entre les utilisateurs, ce qui fait que l’on peut s’arranger pour les conditions d’envoi, mais aussi pour les prix. En effet, vous avez la possibilité de négocier le vêtement que vous voulez acheter, ce qui est, il faut avouer, bien pratique. N’en abusez pas non plus, de toute manière vous n’avez droit qu’à cinq négociations dans la journée 🙂 On trouve vraiment de tout sur cette plateforme, des pièces de luxe bradées, et des gens qui veulent vraiment se débarrasser le plus vite possible de vêtements, et qui vous les font à très (très) bas prix. J’ai déjà acheté une fausse fourrure que je cherchais depuis super longtemps de la marque Pull&Bear à cinq euros sans compter les frais d’envoi. Donc oui, ça vaut le coût. Le seul hic de ce site pour moi sont les frais d’envoi. Quand vous achetez en fripe directement vous payez le prix et c’est tout, là vous avez une commission pour le site comme je vous l’ai dis plus haut, et des frais de port à payer, ce qui fait tout de suite gonfler la note. En plus, le transport des vêtements peut engendrer de la pollution.

C’est pour cela que Vinted est une bonne alternative à la fast-fashion je trouve, mais pour ma part je privilégie quand même les friperies physiques.

Ensuite, il existe des magasins qui proposent des pièces neuves complètement éthiques et responsables. Dans ce cas, vous achetez le vêtement neuf mais avec un gage d’eco-responsabilité, des matières recyclées, et un traitement décent des salariés et producteurs. En général, ces boutiques sont assez onéreuses, après c’est à vous de voir si vous être prêt(e)s à mettre plus d’argent pour un vêtement plus éthique et de meilleure qualité la plupart du temps. C’est une alternative que je conseille aux personnes qui malgré tout, n’arrivent pas à s’habiller en friperie. C’est vrai que l’odeur peut décourager quand on entre, et qu’il faut beaucoup fouiller, et même si personnellement j’adore cette ambiance, je comprends totalement qu’elle puisse rebuter d’autres personnes. Je vous conseille le magasin Ekyog, qu’on retrouve dans pas mal de grandes villes, j’en ai vu au moins deux boutiques à Paris et une à Dinard en Bretagne. La boutique propose des pièces super chics et intemporelles, de très bonne qualité, à un prix que je trouve justifié (25€ un tshirt ce n’est pas bien plus cher qu’ailleurs, et là au moins vous être sûr qu’il est éthique et de bonne qualité). La marque de jeans Bonobo propose également une collection de jeans éthiques réalisés avec beaucoup moins d’eau qu’il n’en faut d’habitude (je vous renvoie à mon précédent article), je n’ai personnellement jamais testé cette marque ni cette gamme, mais j’en ai entendu beaucoup de bien, c’est pour ça que je vous la propose ici. Pour les chaussures, pas de panique ! J’ai testé et approuvé la marque de baskets éthiques Veja, créée par Sébastien Kopp en 2005 (très bon podcast Chiffon qui parle de l’histoire de la marque). Les baskets sont au même prix que chez les plus grandes marques, et les modèles vraiment sympas, avec des couleurs et des formes qui sortent un peu de l’ordinaire. J’ai personnellement le modèle à scratch pailletés, que j’adore !

Enfin, la dernière alternative que je vais vous présenter est cette fois-ci accessible à tous, parfaitement gratuite, et trouvable partout partout ! Et oui, car quoi de mieux, pour s’habiller de manière éco-responsable, que de piquer les affaires de ses parents/grands-parents/frères et sœurs ? Si vous fouillez un peu dans les placards familiaux ou dans les cartons du grenier, vous pourrez tomber sur des pièces fantastiques, vintage à souhait, de seconde main, et ce sans dépenser un centime. Il faut que votre entourage ait gardé de vieux vêtements bien sûr, mais demandez à votre famille, il y a toujours des vieilles pièces qui traînent par-ci par-là.

Je vous donne encore une petite astuce pour acheter plus responsable. C’est quelque chose que j’essaie d’appliquer au maximum, même si ça peut paraître un peu bête comme ça, je vous assure que vous verrez la différence. Au moment d’acheter une pièce, surtout en friperie, je me demande toujours avec quoi je pourrais l’associer. Logique, mais le fait de vous poser la question montre que vous faites un achat raisonné, et surtout que vous allez rentabiliser votre vêtement et non pas le laisser pourrir dans un coin de votre armoire. J’essaie de visualiser trois tenues différentes avec cette pièce, et si j’y arrive, j’estime que je fais un achat raisonné. Mais il m’arrive parfois d’avoir un coup de cœur pour une pièce, que je ne vois portée qu’avec une seule tenue. Dans ce cas, je me retiens d’acheter, parce que ce serait un achat compulsif et inutile. En effet, même si vous achetez des pièces de seconde main et éthiques, si vous allez chaque semaine en friperie vous acheter dix nouveaux vêtements ça ne sert strictement à rien, vous êtes toujours dans une logique de surconsommation. Il faut réapprendre à consommer, que se soit la mode ou autre chose bien sûr, de manière plus raisonnée. J’en fais mon leitmotiv personnel 🙂

Je vous joins une sitographie indicative, que j’ai utilisée avec ma copine Clara lors de nos TPE sur le sujet de la mode éthique en Première, afin de vous donner des pistes si vous voulez en apprendre un peu plus sur le sujet ou approfondir :

https://www.chanvrequebec.com/blog/industrie-du-textile-detruit-notre-monde

http://www.huffingtonpost.fr/2015/11/29/impact-textile-environnem_n_8663002.html

http://www.lexpress.fr/actualite/industrie-de-la-mode-c-est-tout-un-modele-economique-qu-il-faut-reinventer_1795757.html

http://partage-le.com/2016/09/industrie-textile-pollutions-environnementales-et-esclavage-moderne/