Être productif/ve, et non plus oisif/ve

Petite compilation des astuces que j’applique quotidiennement pour réaliser mes objectifs et optimiser ma journée.

Avant tout, petite précision qui me paraît importante. Aujourd’hui, tout semble aller dans le sens de la productivité avant tout, des résultats, des performances. En bref, il faudrait faire toujours plus, et toujours plus vite. Même si c’est important et utile de se pousser à être soi-même producti(f)ve, il ne faut pas non plus rechercher l’efficacité avant tout, la performance comme j’ai dit plus haut. Je pense qu’il est primordial si l’on veut travailler efficacement de s’accorder des pauses, des moments plus calmes, afin de recharger ses batteries pour éviter la surchauffe (on adore les métaphores automobiles). Maintenant que cela est dit, je vous laisse avec mes conseils, qui fonctionnent sur moi et mon organisation, même si je sais qu’au fond chacun à sa méthode de travail : je ne prétends pas détenir la vérité absolue, ce sont juste des conseils formulés sur la base de mon expérience personnelle


Le pouvoir de la méthode

La base de toute journée productive est selon moi la méthode. Si vous vous éparpillez, que vous commencez dix tâches à la fois, vous risquez de perdre beaucoup de temps, et surtout beaucoup d’énergie. J’essaie au maximum possible de ne pas commencer de nouvelles tâches avant d’avoir fini les anciennes. Par exemple, quand je lis un livre, j’essaie de le finir avant d’en commencer un autre (évidemment je vous dit ça alors que je viens de faire l’inverse dans la semaine… Mais je ne me mets pas la pression l’erreur est humaine !). Ainsi, vous pouvez vous focaliser sur ce que vous faites en particulier, et ne pas vous laisser distraire ou vous perdre dans les différentes choses à faire. Gardez à l’oeil que si vous voulez accomplir une tâche du mieux que vous le pouvez, il vous faudra faire preuve de concentration. Donc, une chose à la fois est devenu mon mantra.

Le pouvoir des listes

Pour continuer dans la méthode, je privilégie les listes afin de clairement visualiser mes objectifs. Vous pouvez faire des listes vraiment partout, sur un bout de feuille qui traîne, sur des post-it que vous collez à des endroits stratégiques, sur votre téléphone ou sur un carnet, ce qui est personnellement l’option que j’ai choisie. Je trouve qu’un carnet a l’avantage de regrouper tout en un endroit bien précis, alors j’utilise le mien comme agenda, carnet de listes, d’ objectifs, comme ça j’ai tout à ma portée. Le mien est de la marque Paperblanks et c’est le modèle Adina (magnifique).

Quand vous écrivez vos objectifs sur papier, vous visualisez toutes les choses que vous aurez à terminer dans une période donnée. En effet, vous ciblez directement les tâches à faire et de ce fait, vous n’êtes pas surpris(e) par quelque chose que vous auriez oublié, ou une date limite que vous n’auriez pas notée. De plus, je conseille si vous en avez l’occasion, de mettre une petite case vide devant votre objectif ou votre tâche à réaliser. Le simple fait de remplir la case une fois celle-ci accomplie va vous soulager d’un poids mental énorme, et vous serez prêt(e) à passer à la suivante. C’est bête dis comme ça, mais je vous assure que ça procure vraiment une sensation de réussite personnelle, d’accomplissement, qui rebooste et vous redonne la motivation que vous auriez pu avoir (un peu?) perdue.

Après, une liste n’est efficace que si elle est réaliste. N’allez pas vous faire une liste de chose à faire dans une journée, c’est-à-dire dans un laps de temps très réduit, qui dépasserait la mesure du possible. Dans ce cas, votre liste aura tout l’effet inverse : si vous voyez que vous ne progressez pas dans vos tâches, qu’il vous en reste encore énormément à faire, vous allez vous sentir accablé(e) et à coup sûr démotivé(e). Restez réaliste, vous n’êtes (que) des humains 🙂

Le pouvoir des pauses

Pour reprendre mon point précédent, il arrive que l’on se sente parfois vite débordé(e), ou surmené(e), et cela peut conduire à un épuisement prématuré et donc à un pic d’inefficacité certain. Afin d’éviter que ces démotivations n’arrivent, il est important voire primordial de prendre des pauses. Ces pauses doivent être des moments off où vous ne travaillez plus, où vous prenez du temps pour vous, pour vous reposer, et faire des activités qui vous détendent et vous font plaisir.

Celles-ci peuvent être de nature très différentes, selon ce qui vous convient à vous et ce qui vous fait permet de décompresser. J’aime bien utiliser ce mot pour parler des moments de pause, car je trouve qu’il est assez visuel, et qu’il montre bien ce à quoi servent les pauses : après avoir beaucoup travaillé, après avoir sollicité ses capacités mentales et peut-être même physiques, on peut enfin souffler, se vider de toute la pression que l’on pouvait avoir accumulée au cours de notre temps de travail. Vous pouvez très bien lire un peu, faire une activité manuelle, dormir tout simplement, ou même traîner sur votre téléphone, regarder des vidéos sur YouTube etc. Il n’y a pas selon moi de bonnes ou de mauvaises pauses, puisque celles-ci sont personnelles et permettent juste de vous sentir mieux.

Pour que vous ne perdiez pas non plus toute votre énergie qui vous motivait à réaliser vos objectifs, il faut quand même cadrer ces moments de détente. Il est intéressant je pense, sur une longue période de travail, de s’accorder plusieurs pauses, afin de construire des intervalles de temps de travail. Personnellement, j’aime bien travailler environ une heure, et faire une pause d’un quart d’heure. Parfois je travaille plus, parfois je m’autorise plus de pause. Tout dépend de mon moral du jour, et de la quantité de travail qui m’attend. Mais en général, j’aime bien structurer mon temps de travail comme cela. Vous décompressez pendant quelques minutes très précieuses, puis, tranquillement, vous vous remettez à vos tâches quotidiennes. Mais ne négligez pas les pauses, même les plus courtes : elles auront tout de même un impact non-négligeable sur votre concentration et donc sur votre efficacité.

Un esprit sain dans un environnement sain

Pour conclure, je dirai que tous les conseils que je vous ai donné précédemment seraient tout à fait inutiles si vous négligez celui-ci. En effet, sans un environnement propre, dédié au travail, et ordonné, impossible pour ma part de me concentrer. Evidemment que des fois mon bureau n’est pas rangé, évidemment que des fois je travaille avachie sur mon lit : mais pour les tâches importante qui nécessitent du temps et de la concentration, privilégiez vraiment dans la mesure du possible un endroit réservé au travail et bien organisé. Sinon, vous risquez d’être déconcentré(e) par des choses qui pourraient traîner pile au moment où vous commenciez vraiment à vous y mettre, ou tout simplement d’être découragé(e) par un environnement de travail désordonné.

Ne soyez pas trop laxistes sur ce point, il peut vraiment faire la différence, surtout lorsque vous travailler sur des projets ou des tâches importantes.

J’espère que mes conseils auront été utiles, et que vous pourrez les adapter à votre manière de vous organiser. Je pense notamment qu’ils pourraient être pratiques dans les période de révision pour les périodes d’examen par exemple !

Autre chose, quand je parle des listes, vous n’êtes pas obligé(e)s de faire des listes qui ne concernent que votre travail, vous pouvez également ajouter des objectifs personnels plus « simples » à réaliser, comme « boire un litre d’eau dans la journée » ou encore « prendre soin de moi ». Ces petites attentions vous feront plaisir, et vous permettront de ne pas avoir l’impression d’être submergé(e)s encore une fois. Tout part de petites choses qui paraissent un peu bêtes comme ça, mais c’est très important de ne pas s’oublier et de ne pas être focalisé(e)s seulement sur le travail. Si je devais résumer cet article, je dirais vraiment que le plus important c’est d’écouter votre corps : si vous sentez que vous n’en pouvez plus, que vous n’arrivez plus à rester concentrer, vous allez forcément perdre en efficacité et être moins productif(ve)s. A ce moment-là, prenez une pause, même si vous n’aviez pas encore terminé votre temps de travail. On n’a qu’un corps et qu’un cerveau dans la vie, il faut en prendre soin !

Pour écrire cet article, je me suis appuyée sur le livre de développement personnel L’art des Listes de Dominique Loreau chez Poche Marbout (5,99€), et sur mon expérience personnelle.