PFW HOMMES

La Paris Fashion Week a commencé, et à l’occasion de son lancement, retour sur les silhouettes de la PFW Hommes qui s’est tenue du mardi 14 décembre au dimanche 19 décembre.

Je m’intéresse autant à la mode masculine que féminine, et je suis très influencée par les silhouettes masculines dans mon style quotidien. Je trouve que parfois, selon les vêtements, les coupes masculines me conviennent mieux que les coupes féminines, que je trouve trop cintrées ou trop ajustées, alors que je suis bien plus à l’aise dans des coupes droites ou amples. Du coup j’ai suivi de près la Paris Fashion Week pour Hommes pour trouver les inspirations pour mes prochaines tenues, mais également juste pour la curiosité et ma culture personnelle. J’espère que vous aimerez cet article rétrospectif, et ce même si vous ne vous identifiez pas comme un individu masculin 😉

Je ne vais pas répertorier tous les défilés, je ne veux pas d’un article trop long et indigeste, mais je vous propose de revenir sur les temps forts de cette PFW de mode masculine selon moi, les silhouettes et les défilés qui m’ont le plus marquée.


CE QUE J’AI PRÉFÉRÉ

Pour commencer, j’ai énormément aimé le défilé Berluti (Directeur Artistique: Kris Van Assche) qui s’est tenu vendredi. J’ai absolument tout aimé dans ce défilé: la palette de couleurs néon, des roses et bleus très électriques, les tailleurs détournés, les doublures de manteaux couleur néon, les chaussures également de la marque Berluti et le modèle Gravity plus précisément… Je ne connaissais pas ce créateur, mais le défilé m’a conquise, et je pense suivre de plus près l’actualité de la marque.


De plus, j’ai été séduite, dans un tout autre style, par la simplicité et l’épuré du défilé d’Hed Mayner, qui a eu lieu le lundi. Les modèles masculins étaient d’une grâce folle, avec leur boucles d’oreilles en perle, et de grands tailleurs XXL dans des tons d’une grande douceur, autour du beige, blanc, gris.


Si je ne devais choisir qu’un seul défilé de toute cette Fashion Week parisienne, j’opterais sans trop hésiter pour le défilé Valentino. Je trouve que Pierpaolo Piccioli a réussi à concilier l’élégance mythique de cette griffe à une déconcertante modernité, autant dans les vêtements eux-mêmes que dans les messages véhiculés par ceux-ci. En effet, l’homme Valentino est un homme moderne, en adéquation avec son temps, qui porte des valeurs inclusives et ne se cantonne plus à un rôle stéréotypé. J’ai adoré ce défilé, vraiment. Le noir était dominant, ce qui permettait de faire ressortir encore mieux les quelques touches de couleurs présentes. J’ai particulièrement aimé la dernière silhouette, un tailleur tout en paillettes. Pour moi, c’est une vraie réussite! Mention spéciale pour les sacs également.


LES TENDANCES A SUIVRE

En regardant de près les défilés de cette Fashion Week, j’ai pu déceler quelques similarités entre les différents créateurs, que je vous répertorie ici. Qui sait, se seront peut-être les tendances de demain?

Tout d’abord, la plupart des défilés étaient construits autour de la pièce masculine par excellence, j’ai nommé le tailleur. Si certains ont choisi de le montrer comme un classique intemporel, dans des matériaux nobles comme la soie ou le sergé, la plupart des défilés jouaient énormément avec les codes du tailleur-pantalon, en défiant tout classicisme et en s’adressant aux hommes modernes. Ces hommes qui ne se reconnaissent plus dans un costume rigide et impersonnel, mais qui, au contraire, s’épanouissent dans des volumes, des coloris et des associations singulières.

J’ai également remarqué que les imprimés en tout genre étaient de sortie, et notamment les imprimés animaux et les carreaux. Je l’ai retrouvé dans de nombreux défilés, comme par exemple chez Comme des Garçons dont le défilé a beaucoup fait parler de lui, ou encore chez Vuitton. Les imprimés se portent mélangés pour Walter Van Beirendonck, donc n’ayez plus peur des combinaisons de motifs!

De même, les pulls très amples à motifs ou à messages se sont vus sur plusieurs défilés. J’aime beaucoup le combo pull ample et pantalon de tailleur, je trouve cela très moderne et séduisant. J’ai notamment retenu ceux de chez Botter, ou chez Etudes surtout, avec le pull au motif de la Terre que j’ai repéré directement.

Pour conclure, cette Fashion Week de Paris pour Hommes a été riche en belles surprises. J’ai découvert des marques et des créateurs que je ne connaissais que peu ou pas du tout, et je trouve que beaucoup de jeunes marques étaient présentes, ce qui est un bon signe pour la longévité du luxe (et de la mode en général) en France. J’aimerais finir cet article avec une conclusion un peu optimiste. En effet, quelques créateurs ont décidé d’adopter une mode plus responsable, la slow-fashion (en opposition avec la fast-fashion dont je vous parle ici), en utilisant des matériaux biodégradables, comme chez Phipps par exemple, chez qui le défilé était en collaboration avec Smokey Bear, l’association de protection des forêts aux Etats-Unis. En sachant que la plupart des marques du grand commerce s’inspirent énormément des défilés pour leurs nouvelles collections, j’ose espérer que ces initiatives en inspireront certaines. On voit de plus en plus de collections éthiques et responsables dans les grands magasins. Faisons en sorte que ces minorités deviennent la norme!

Photos issues du site Vogue Runway

Je vous dis déjà à dimanche prochain pour la suite de cette série d’articles sur la PFW, avec les défilés de haute couture cette fois-ci.